mardi 24 août 2010

Cavalcades dans les steppes



Un soir, soudain, les Chevaux de la nuit se sont libérés.

Cavalcades feutrées sur le sable d’un lit d’oued,

L’amazone métisse enfourche le bel alezan les guide au loin

Sans cris ni mots ils se fondent dans la steppe

L’Azwaw, au loin brandit sa bannière fripée,

Trop tard, mon frère, le destin est scellé.

***

Les images furtives éclairent les troglodytes…

A l’horizon, l’étoile du sud scintille

Ta voix me revient des profondeurs du temps

Ma belle ma douce rencontre,

Prends soins de toi,

Des semences d’amour,

Des poulains et des parchemins anciens…

***

A l’aube naissante,

La cavalcade se fait tonnerre

Les amazones métisses s’apprêtent à changer le monde

Tremblez tyrans,

La tempête de colère arrose les semences de révolte

Tremblez tyrans ça va germer dans toute les plaines.

Les parchemin anciens vont être mis à jour.

1 commentaire:

SAMIRA a dit…

..."inna al 3ouyoun allati fi tarfiha 7aouaro'n ....j'aime beaucoup le regard de cette berbère

ZAHRATEN